Rss
La log
La Boutique







fancy

Paramétrage du driver






imagedriver

Les Préférences Système ouvertes (Menu Pomme/Preferences Système… ou l’icône dans votre Dock), vous cliquez vous sur l’îcone Wacom tout en bas dans la catégorie Autre. (Pour les curieux, ce preferencepane se trouve directement dans le dossier PreferencePanes du dossier Bibliotheque. Pas celui de l’User.)
Avant de commencer, voici les 3 règles de Mogwaï:
1er règle: en bas à droite, vous avez l’Aide. Cela ouvre un fichier PDF. Si vous êtes sérieux, vous n’avez tout simplement pas besoin de lire cette rubrique car vous savez tout. Mais bon, si vous êtes là, c’est que vous n’avez jamais lu l’Aide. Je le reconnais, moi non plus. D’ailleurs, le monde se divise en deux, ceux qui lisent les modes d’emploi et les aides et ceux qui… ne lisent pas les modes d’emploi et les Aides.
2ième règle: quand vous avez touché à tous les paramètres et que votre stylet fait un peu n’importe quoi. Cliquez sur les boutons « Par défaut« , cela corrige toutes vos modifications et vos paramètres redeviennent ceux de la tablette par défaut. Ces réglages sont parfaits. A part les boutons, vous n’avez pas grand chose à modifier, en fait.
3ième règle: il faut savoir que vous pouvez régler des paramètres selon chaque application ([1] de l’image ci-dessous).

1er image ! Une vue globale du driver.

[2] Sensibilité à l’inclinaison. Sur l’Intuos 3, la tablette est sensible à l’inclinaison du stylet. Plus la sensibilité est élevée, plus votre stylet sera sensible à l’inclinaison. Si vous aimez ça avec Photoshop, bouger le slide sur la droite. Sinon n’y touchez pas.
[3] Toucher de la pointe. Selon, si c’est un adulte ou un enfant qui utilise le stylet, la pression est différente. Ce slide permet de pallier cet effet Quelqu’un qui appuie peu bouge le slide sur la gauche, comme ça il n’aura pas besoin d’appuyer fort pour marquer un trait. Inversement dans le cas contraire, il faut bouger le slide sur la droite pour quelqu’un qui appuie comme un malade. Si vous êtes normal (comme tout le monde), ne bougez pas le slide. Pour les 2 boutons du Grip Pen, voir plus bas.

Le double clic se fait en tapant 2 fois le stylet sur la tablette pour ouvrir un dossier par exemple ou une application. Ce réglage permet de tester la rapidité de votre double-clic.


Allez, quand même une petite vue au cas où votre curiosité vous inciterait à cliquer sur le bouton « Options » en bas à gauche de la fenêtre, ce que j’appelle : le mode expert. Une nouvelle fenêtre apparaît. Il s’agit d’une option qui permet avec une manip’ pas très technique de réaliser un clic droit… Pourquoi faire compliquer, quand on peut faire simple? Au départ, Wacom avait pensé à proposer un saut supérieux avec le stylet pour réaliser le double clic, mais c’était trop dur, parait-il.


En cliquant sur le bouton « Détail » , une nouvelle fenêtre apparaît. Heu, j’avoue, jamais servi. « Ha bah merci. Tu sers à quelque chose, toi!! », dit le petit Prince. « J’explique ce qui sert et qui est efficace. De plus, l’explication est dans l’Aide… », répondit Vincenwoo.

Allez, en fait, il s’agit d’un réglage plus pointu en tenant compte du seuil du clic. À noter que certains logiciels le propose dans leurs réglages de brosses.
Dans les derniers drivers, le bouton « Détail » est remplacé par « Adapter…  » et vous avez droit à une version simplifiée avec juste les fenêtres de droite.


Le test visuel de la pression pour les neuneu. Ha la belle bleue! Le but du jeu est d’atteindre l’extrémité à droite en appuyant avec votre stylet sur la tablette. Si vous faîtes trop d’effort, c’est que vous avez réglé la sensibilité du stylet trop ferme. Et inversement. « Il y a une faute! T’as mis un point à la place d’une virgule. », corrige le petit Prince. « Non, c’est la typo qui fait ça. », répond Vincenwoo.

Règlage des boutons du stylet retour

Cela paraît pas, mais vous avez 2 boutons – haut et bas- sur votre stylet. Et ces 2 boutons ont une fonction par défaut. Mais vous pouvez les modifier. À vrai dire, ce qui est proposé par défaut n’est pas terrible; c’est donc à vous de cliquer sur le menu contextuel de chaque bouton et de sélectionner l’action que vous désirez. Et là, c’est plus intéressant car le choix est très riche. Surtout si celui-ci est un raccourci clavier. Les 2 qui nous intéressent sont les 2 numérotés en premier: Touche… et Modificateur.
[6] Touches…
[7] Modificateur
[8] Cela ouvre une application au choix
Le Basculement de Mode permet de passer de mode Souris à mode Stylet et inversement (c’est expliqué plus tard), « Menu Contextuel » est paramétrable et apporte d’autres fonctions (c’est expliqué plus tard), Gommer, vous l’avez sur le haut du stylet (mais pour ceux que ça gonfle de retourner le stylet comme un écolier…)

À noter que Basculement d’encre est un truc obscur à la base (certainement à propos d’une ancienne préférence système). Maintenant, cela concerne Inkwell (on bascule du mode « écrire n’importe où » à écrire exclusivement sur la fenêtre Ink).


Trucs nouveaux dans les menus contextuels des boutons. Tout est dit dans le texte à gauche. ‘peux pas en dire plus.


En choisissant « Touche… » [6], vous pouvez sélectionner n’importe quelle combinaison de touches pour un raccourci clavier. En général, on met qu’1 raccourci clavier. Exemple: pour Photoshop Pomme-z pour effacer et remettre etPomme-Maj-Z pour revenir dans l’historique. Avant les Touch Strips, j’utilisais ces 2 boutons pour zoomer et dézoomer avec Pomme + etPomme -. Certains utilisent ces 2 boutons pour grossir ou réduire la taille de votre trait. Mais on peut également faire aussi des combinaisons de touches comme l’exemple ici. Ainsi on peut appliquer des mini scripts si on connait tous les raccourcis clavier d’une application. C’est pratique pour Illustrator, par exemple. Pour « Ajout spécifique », voir ci-dessous. À noter que sur les nouveaux drivers, vous pouvez donner un nom à votre choix de touches.


L’ajout spécifique permet des raccourcis clavier ou des actions du système.


Modificateur [7]: c’est pour les grosses touches du clavier ALT, MAJ, Pomme et CTRL. Mais avec l’Intuos 3, vous les avez déjà sur la tablette par défaut avec les Express Keys et en plus vous pouvez faire des combinaisons manuellement. Donc ça sert plus à grand chose.


Le basculement de mode : si vous n’avez pas tout compris sur l’image de gauche, je vous rassure. C’est pas important de le savoir. « J’ai rien compris entre mode stylet et souris. C’est pas clair . » ajouta le petit Prince. « T’es pas un peu gonflant des fois, toi? » dit Vincenwoo. « Oui, mais c’est pas clair. » rétorqua le petit Prince. « En gros, tu peux utiliser le stylet en mode de déplacement d’une souris. Voilà. », conclut Vincenwoo.


Pour vérifier si tout est Ok avec votre stylet, vous pouvez faire un diagnostic en live en cliquant sur le bouton « À propos ». Je vous file l’info pour avoir la vidéo « cachée » du driver Wacom. C’est juste pour que vous vous la pêtiez auprès d’un pote du style : « Koi!? Tu savais pas?? Qu’en cliquant alt + le bouton  » À propos », t’avais la video de la mascotte de Wacom??? Mais tu utilises la tablette depuis kan? Seuls les pros le savent!!! Ha mais c’est vrai, j’oubliais, t’es juste un amateur éclairé… » Enfin, bon, vous pouvez balancer çà à votre pote… Pour récupérer la video, il faut aller à l’intérieur (afficher le contenu du paquet ou utiliser un soft comme TinkerTool) du driver Wacom qui se trouve dans bibliotheque PreferencePanes/Wacom Tablet.prefPane/Contents/Resources/whackem.mov.

diagnostic

La Gomme retour

Le stylet possède sa propre gomme sur l’arrière du stylet. Il suffit de retourner votre stylet et l’outil prend l’outil Gomme de l’application et choisit les paramètrages en vigueur. Cela fonctionne sur toutes les applications: Photoshop, Painter, Illustrator, Flash, etc… Parfois, cela ne fonctionne pas, surtout dans les petits softs. Sinon les réglages sont identiques à ceux des boutons du stylet.

Correspondance retour

Par défaut votre tablette correspond à tout l’écran et cela convient parfaitement mais si vous voulez utiliser votre tablette à la verticale ou renversée, si vous voulez utilisez une partie de votre tablette ou bien vous voulez qu’elle ne fonctionne uniquement sur une partie de l’écran ou sur un seul moniteur, c’est ici que vous paramétrez tout. Si vous avez un écran correct, ne touchez à rien. Cela ne vous concerne pas. Par contre, si vous voulez que la tablette ne fonctionne que sur une partie de votre 30 pouces, ok ça vous intéresse.

Attention, munissez de votre souris normale car lorsque vous bidouillez les réglages des portions pour voir ce que ça fait, votre Grip Pen se retrouve bloqué sur des surfaces réduites et il est donc impossible avec votre stylet d’atteindre certaines parties de l’écran. Piège à con par excellence, utilisez votre souris normale pour cliquer sur le bouton sauveur « Par défaut » afin de rétablir les paramètres initiaux. Si vous choisissez « Portion » au lieu de « Complète » pour l’écran, lisez juste en dessous [9].

Les 3 façons de régler la portion d’écran utilisée. Je rappelle le bouton sauveur « Par défaut ». Pour voir ce que ça fait, cliquez sur le bouton « Cliquez pour définir la zone écran ».


[10] Nouveauté fin 2007 : Si vous bossez sur plusieurs moniteurs. Par défaut, la surface de votre tablette gère toute la surface de travail, donc tous les moniteurs. Si vous voulez réduire l’usage de la tablette à 1 seul moniteur, sélectionner le dans le menu contextuel. Les moniteurs apparaissent sous les appellations : Moniteur 1, Moniteur 2 (comme dans les prefs système avec « Moniteur »). Vous avez alors la possibilité d’attribuer à un bouton la fonction qui vous permet de switcher d’un moniteur à un autre. 🙂

Quand vous décidez d’adapter votre tablette à une portion de l’écran, je rappelle le bouton sauveur « Par défaut ». Avec votre souris car votre stylet risque de ne plus être d’une grande utilité.


C’est pareil si vous décidez d’utiliser une portion de tablette. Seul de dessin change. Je rappelle le bouton sauveur « Par défaut ». « Pourquoi t’insistes sur ce bouton sauveur  » Par défaut » ?  » demanda le petit Prince. « T’occupes. C’est comme installer le driver. Tu obéis. », répondit Vincenwoo. « C’est toujours pareil avec toi! » lâcha le petit Prince. « Prévenir, c’est mieux que guérir. », dit Vincenwoo.

Bien sûr, vous pouvez faire très idiot en réglant une portion de la tablette à une portion de l’écran en mode portrait.

Réglage de l’outil par application: le stylet retour

Le driver permet un truc génial: c’est régler votre outil, les boutons du stylet, la sensibilité, la souris, les boutons de la souris, les Express Keys selon l’application. En effet, par défaut, dans la bande Application (3ième ligne), vos réglages correspondent à l’îcone « Autres », mais si vous cliquez sur le « + » à droite, vous ajoutez une application. Vous pouvez, alors, donner à cette application des réglages autres que ceux par défaut. C’est super utile lorsque vous donnez à vos boutons de stylet ou les Express Keys des raccourcis clavier différents. Quand vous utilisez Illustrator, Photoshop, Painter, Expression, Maya, les raccourcis clavier diffèrent et vous n’utilisez pas les mêmes de manière répétitive. Autre truc génial, lorsque vous avez ouvert vos applications en même temps, le stylet et la tablette prennent immédiatement les paramètres que vous avez sélectionnés dans le driver Wacom. C’est là où l’on voit que ce dernier est très fort et nécéssaire car à chaque fois que vous basculez d’une application à une autre, votre configuration bascule en même. Très très fort et très très utile.

Ce que j’ai dit juste avant. Vous voyez, j’ai personalisé pour le Grip pen : Maya, Photoshop et painter IX. les autres applications utilisent la configuration de « Autres ».

Pour ajouter une nouvelle application, cliquez sur le « + » à droite et continuer dessous.


Dès que vous avez cliqué, cette fenêtre apparaît. Tout est expliqué dans le texte en rouge. Je ne sais pas qui a écrit ces textes en rouge, mais c’est fort utile, même s’il fait un peu trop de faute parfois.

Réglage de l’outil par application: la souris retour

Je parlerai peu de la souris car on achète une tablette pour le stylet. La souris avec tous ces boutons peut servir pour les applications demandant beaucoup de raccourcis clavier comme les applications 3D ou d’architecture. Mais bon, considérez là comme un objet en plus. On rappelle que la souris fonctionne sans fil, sans pile mais uniquement sur la tablette (‘faut pas exagérer non plus).

Bien sûr, cliquez sur l’icône de la souris.

Ici tous les paramètres de la souris se règlent comme une souris. Je ne m’attarde pas car vous retrouvez le même processus avec les menus contextuels pour chaque bouton (5 au total, quand même). On peut régler la vitesse et la fonction de la molette.

Le bouton « Options… » est identique à celui du stylet.

Si vous cliquez sur l’onglet « Correspondance », vous accédez au menu ci-dessous.

Pas encore parlé de l’orientation de la tablette grâce au menu contextuel. Vous pouvez ainsi renverser ou inverser votre tablette… Mettre votre tablette à la verticale, par exemple… Vraiment par exemple…

Vous avez 2 modes comme pour le stylet: mode stylet et mode souris (caché par le menu contextuel, ici) . La différence est simple: le mode souris est comme l’utilisation normale d’une souris. Vous bougez votre souris sur la tablette comme une souris normale. Le mode stylet comme le stylet, c’est à dire que la surface de tablette correspond à la surface de l’écran. Pas besoin de faire des à coups pour avancer votre curseur.

Sinon vous réglez la vitesse de votre souris aussi…

Réglage de l’outil par application: Express Keys et Touch Strip retour –

Dernières nouveautés de l’Intuos 3: les Express Keys et le Touch Strip sur la tablette. Noms barbares (purement marketing ?) mais trucs de barbares réels. Rien que ça, cela justifie une Intuos 3 car cela change totalement votre façon de travailler en l’optimisant et comme le stylet et la souris, tout peut être paramétré selon l’application. Les trucs de barbares deviennent des trucs de tueurs. Franchement, chez moi, cela a changé ma façon de bosser. Peut on vivre dorénavant sans les Express Keys et le Touch Strip? », Vincenwoo répond « non, on ne peut pas ».
Sommes nous meilleurs qu’avant avec les Express Keys et le Touch Strip? »,
Vincenwoo répond « oui ». Et oui, l’Intuos 3 est une vraie bombe avec ces bijoux. L’objet est nouveau. On ne s’en rend pas trop compte actuellement, mais franchement c’est de la bombe, ces trucs. Je ne tarirais jamais d’éloges sur ça. Il y avait un avant et un après Wacom. Pour preuve la dernière Cintiq s’équipe de ces 2 bombes. Les Express Keys sont des boutons. Cela vous permet de ne plus passer par le clavier. Le Touch Strip, un pad, un scrolling paramétré pour être un zoom qu’on utilise avec le doigt comme sur un ordinateur portable. (MAJ : j’ai gardé ce dernier paragraphe fabuleux datant déjà de 3 ans, puisque maintenant Express Keys et Touch Strip font partie de toutes les Cintiq, les Bamboos et les dernières Graphires.)

En rouge, sur l’image, les boutons par défaut
et affichés les boutons que j’ai choisis pour Maya dans cet exemple. À noter qu’on ajoute pour chaque bouton un titre pour se remémorer. Flûte, je répète ce qui est en rouge. Par défaut, les boutons sont identiques à gauche et à droite. En fait, c’est fait pour les gauchers et les droitiers, mais vous pouvez tout changer et tout personnaliser. Par contre, j’ai constaté, parfois, que le raccourci clavier ou la touche choisie ne fonctionnait pas avec tel ou tel bouton sur certaines applications. Bizarre. On s’y retrouve en sélectionnant un autre bouton, mais bon. Cela m’a fait cela avec Maya, pas avec Painter, Photoshop et autres.

L’intérêt des Express Keys est de mettre n’importe quelle fonction ou n’importe quel raccourci clavier sur la tablette. Cela peut servir pour le Finder comme lancer des applications ou pour une application spécifique comme activer une fonction répétitive ou rare. Il est possible également de multiplier ces fonctions ou ces raccourcis clavier en créant des menus contextuels personnalisés s’ouvrant dès un clic d’Express Key comme le ferait un clic droit de la souris. Et ce nouveau menu contextuel est toujours personnalisable selon l’application. Pour les gros fans et utilisateurs de la tablette… Deux exemples avec l’ouverture d’application directement sur le bureau et la réalisation d’un raccourci clavier dans le logiciel Photoshop.

Pour le Finder.

context1


Pour Adobe Photoshop.

cont2


Le résulat final.

cont3

« Ha, je me disais, on n’avait pas encore fait beauf dans ce site en mettant une femme à poil . Mais ça flirtait depuis un moment… », balança le petit Prince.


Maintenant terminons par le Touch Strip, l’équivalent d’une barre de scrolling tactile. Assez fun. À noter que dans les tablettes récentes, Intuos 4 et 5, le touch Strip a été remplacé par un Touch Ring tout rond.

Bon plan, c’est de régler le Touch Strip de droite pour régler la grosseur de votre trait ou de votre brush en choisissant « Touches ». Comme vous avez un scrolling maintenant pour régler l’épaisseur de votre outil, c’est délicatement que vous l’utilisez avec votre auriculaire. Problème, il faut connaître les raccourcis clavier de l’application (Photoshop, Illustrator ou Painter), et ils changent selon les versions, selon les langues et selon le clavier. Si, si, si…
Autre problème, quand vous dessinez, votre paume de la main a tendence à aller sur le Touch Strip de votre côté (exemple: celui de droite pour la main droite) et actionner le zoom sans faire express. C’est agaçant au début mais vous pouvez y remédier soit en désactivant le Touch Strip en question, ou bien mieux en paramétrant le Touch Strip pour qu’il ne s’utilise qu’avec le stylet et pas avec le doigt.


En cliquant sur le bouton « Avancés… », on ouvre une nouvelle fenêtre.

Il faut cocher la case « Accepter l’entrée Touch Strip avec le stylet uniquement » pour éviter de toucher tout le temps sans faire exprès le Pad tactile. Par contre le stylet sur le Touch Strip doit se coller à la bordure proche de la surface active pour avoir de très bonnes modulations…

Sauvegardez vos préférences

Avec le driver Wacom 6.12-5 Multilingual est apparue la possibilité de Sauvegarder ses préférences.
Comment cela se présente? Vous cliquez sur l’application dans le dossier Tablette Wacom placée dans votre dossier Applications. Même si le nom de l’appli est toujours Supprimer tablette Wacom (pas beaucoup de sens), vous avez le choix de supprimer les préférences (Retirer dans l’appli), de sauvegarder (Sauvegarde…) ou de restaurer (Restauration…) comme indiqué sur la photo ci-dessous. S’il y a plusieurs comptes, vous pouvez sélectionner par un bouton radio l’utilisateur actuel ou tous les comptes.

wacomdriver

Quand vous sauvegardez, cela enregistre un fichier (nom Preferences – moi, j’ai mis PreferenceWacom) à placer dans un dossier au choix (je vois conseille tout simplement celui Tablette Wacom dans le dossier Applications – comme ça, vous savez où il est). Au prochain changement de driver ou installation sur un autre ordi, vous restaurez en chargeant ce fichier. Ce fichier qui a le même icône avec la flèche rouge est en fait un dossier fermé qui contient le fichier com.wacom.wacomtablet.prefs (faîte Afficher le contenu du paquet). Si vous double-cliquez dessus par défaut, il ouvre automatiquement une popup alert qui indique le sens de l’opération. La popup fermée, votre appli Wacom Supprimer tablette Wacom est ouverte.

wacodriver2
Je vous dicte aussi l’ancienne manipulation pour ceux qui sont sur un ancien driver afin de sauvegarder ses préférences.

La manip’ est trop simple sur Mac Os X :

1/ Récupérez et sauvegardez votre fichier com.wacom.wacomtablet.prefs placé dans User/Bibliothèque/Préferences
2/ Installer le driver (si c’est un nouveau driver, pensez à désinstaller l’ancien par l’appli dans le dossier Applications). Branchez votre tablette et utilisez votre stylet.
3/ Glissez votre fichier com.wacom.wacomtablet.prefs sauvegardé dans son dossier habituel User/Bibliothèque/Préferences
4/
À aucun moment, vous devez ouvrir votre driver dans les préférences Systeme ou bien faire la manipulation alors que celui-ci est ouvert.
5/ Redémarrez l’ordinateur. Vous avez retrouvé vos préférences.

En résumé, il suffit de redémarrer l’ordi après avoir glissé votre fichier récupéré com.wacom.wacomtablet.prefs dans le dossier original des préférences. Cela écrase l’ancien ou le nouveau créé après une installation de driver. Et il ne faut surtout pas juste après avoir glissé votre fichier, ouvrir le Driver dans les Préférences Systeme, histoire de voir le changement car à chaque lancement du driver, celui-ci relance ses OldPreferences dans le dossier préférences. Et ceci efface et remplace les prefs que vous venez de glisser par les précédentes.

Le Driver Intuos5 touch

Le driver de l’Intuos5 Touch ne change foncièrement pas, à part ajouter une partie pour la reconnaissance du multitouch et la gestion du wireless. Il est très clair, malgré le nombre de fonctions assez impressionnant. Nouveautés donc : les apparitions de l’icône batterie sur l’icône de la tablette (Wireless), de l’icône Touch dans la partie Outil. À noter que l’icône de la batterie affiche grossièrement par rectangles votre niveau d’autonomie, une virgule quand la batterie est pleine ou une prise quand elle se charge (la tablette a sa connexion Usb).

La technologie de l’Intuos5 étant la même que celle de l’Intuos4, tous les stylets Intuos4 sont reconnus. La preuve en image.

Dans l’icône Fonctions apparaît un onglet Sans fil (en bas à droite, ci-dessous), où on est informé du % de batterie, où on a encore la possibilité de mettre l’information dans la barre d’état de Mac OS X et où on gère le mode ‘économie d’énergie’. Tout simplement ce mode d’économie d’énergie fonctionne comme celui du moniteur, c’est à dire au bout d’un temps déterminé d’inactivité, les lumières se mettent en veille, puis la tablette s’éteint définitivement afin de préserver la batterie. Vous devez la rallumer en appuyant sur le bouton de démarrage sur le côté.
Voici les captures écran des 4 onglets pour montrer un nouveau réglage dans les menus déroulants : dés-/activer la saisie tactile, qui permet (vous devinez) d’autoriser le multitouch ou pas. Vous pouvez voir le nouveau visuel du Touch Ring, dont l’affichage des 4 voyants des 4 modes est désormais en carré. De ce côté là, côté réglage, rien ne change

On passe au nouvel icône Touch avec son doigt et ses 3 onglets. Chacun a sa checkbox pour activer ou pas le multitouch. Les 3 onglets son simples. Le premier (Options tactiles) affiche les réglages basique de rapidité, comme pour le stylet ou une souris, le deuxième (gestes standard) affiche le vocabulaire basique du multitouch de 1 à 4 doigts (c’est celui du système et que vous connaissez tous) et le troisième (Mes gestes), qui nous intéresse plus, car c’est le vocabulaire fait par Wacom, qui utilisent jusqu’à 5 doigts et qui a des pré-réglages pour Photoshop et Painter. Dans l’image ci-dessous, la zone en bas à droite vous fait découvrir les menus contextuels dédiés aux 2 applications. C’est vraiment cool, car 5 doigts vous permet de masquer ou d’afficher les palettes. Vous pouvez aussi enregistrer tout de suite votre travail par le toucher. Bien sûr, ces fonctions, vous pouvez les mettre sur les Expresskeys ou les boutons du Grip Pen, elles sont parfois automatiques dans les applications (la sauvegarde temporaire), mais c’est assez fun de pouvoir les faire rien qu’en appliquant vos doigts sur la tablette.

Pour finir sur le driver de l’Intuos5, dans le Diagnostic (bouton A propos), on note juste qu’on a une information tronquée sur la saisie tactile, car on ne gère que 2 doigts (tout en bas à gauche), alors que la technologie de l’Intuos5 permet de reconnaître 5 doigts… Détail qu’on n’a pas loupé à W&mP.  Dans la partie Options…, on peut régler la luminosité des équerres qui délimitent la zone tactile/active et le voyant lumineux du mode choisi du Touch Ring. On a aussi, et encore, la checkbox pour l’affichage ou pas de l’état de la batterie dans la barre des menus de l’écran. Comme pour l’Intuos4, la tablette peut être retournée pour gaucher ou droitier (cela est déjà demandé lors de l’installation du driver), vous pouvez le modifier ici également à la partie Chiralité de la souris (je trouve ça rigolo comme appellation : c’est pour ça que j’en parle toujours. C’est un truc à caser dans une discussion : Chérie, j’ai un problème avec la chiralité de la souris de ma tablette Intuos)

Le driver Bamboo

La Bamboo Pen&Touch possède un driver moins fournie. C’est surtout au niveau des réglage des ExpressKeys. Elle n’en a que 4 et ils n’ont qu’1 unique réglage. Pas de choix différents en fonction de l’application. Un onglet est dédié à une unique fonction : le menu contextuel personnel. Si votre tablette fonctionne en wireless (modèle 2009), le driver de la Bamboo Pen&Touch propose des infos omniprésentes sur la batterie.

En détail, le driver propose 5 onglets. Le 1er sert à régler les boutons de la tablettes (ExpressKeys), le 2ième sert à régler le stylet avec ses boutons, les 3et 4ième onglets paramètrent le multitouch et le 5ième gère un menu contextuel personnel.
Que ce soit pour le modèle Bamboo Pen and Touch 2009 ou 2011 (avec Touch), la video explicative du driver du test Expert est valable.

En conclusion

Le paramétrage du driver est très important pour optimiser vos configurations selon chaque application.
Si vous ne voulez rien toucher, vous pouvez garder les paramètres par défaut, excepté pour les boutons du stylet. Il sont parfaits.
Pensez au bouton sauveur « Par défaut » qui vous permet de retrouver une configuration propre si vous avez trop changé de choses dans vos réglages.
(« Tiens, c’est bizarre, le petit Prince ne réagit pas. », pensa Vincenwoo. « Tu vois que c’est toi qui cherche! Moi, j’étais tranquille, je disais rien! J’étais dans mon coin. », rétorqua le petit Prince.)



haut de page

categories