Captain Cook à la barre, mais pas sur un bateau

lepetitprince_initiative

Je viens de me faire gronder par Rhonda, car j’avais écrit mon billet habituel sur Apple, AAPL et Tim Cook et figurez vous, j’ai oublié de le publier. Résultat, il est resté dans le dossier Brouillon depuis plus de 2 semaines!
Je publie, ce soir, le précédent (4 mai), plus le nouveau (21 mai).

Billet du  4 mai 2013

Lors du billet précédent, j’avais écrit : « le gros trésor de guerre d’Apple, les milliards, est détenu en grosse partie à l’étranger pour éviter de payer les taxes US, donc si Tim Cook veut remercier les actionnaires à hauteur de 100 milliards, il doit rapatrier les brouzoufs aux USA, donc payer les taxes. »
Et chers lecteurs, j’ai failli ajouté que Tim Cook n’allait pas le faire, car cela couterait trop cher. Et heureusement, je me suis abstenu de faire des prévisions, car Apple a trouvé l’astuce. Apple nous sort un emprunt obligataire pour 17 milliards de $; il parait que la demande des investisseurs étaient de 52 milliards. L’échéancier fait rire : de 3 ans à 30 ans! Comme si Apple allait durer 30 ans avec Tim Cook à sa tête. Vous me direz, un fils de Steve Jobs a le temps d’être à la tête d’Apple entre temps. Encore plus drôle : l’emprunt est découpé en 6 tranches. Quatre sont avec des taux fixes, (rendements de 0,511 % à 3,883 %), et deux avec des taux variables (lol À moi le taux variable qui commence à 7% et termine 2 jours après à 0,00007%!) ( lien ).
Toute cette combine, dite légale, coûte moins cher que de rapatrier l’argent. Il faut être protestant pour fonctionner comme ça.lol  Cela fait, quand même une économie de 9 milliards selon huffingtonpost.com . Cela tombe bien car c’est même tarif que le bénef’ du Q2 2013 (lien). Comme quoi, les calculs, c’est simple.

Alors moi, cette fois-ci, je vais faire de la prévision et fonctionner comme un protestant. Si je suis l’état US et que je veux faire cracher Apple, comment je me rattrape ? Et bien, c’est simple, on change les lois, comme quoi les entreprises, qui refusent de payer les taxes, sont obligés de payer d’autres taxes avec des taux d’intérêt élevés et et une partie de cet argent ira dans les caisses de l’état pour financer, par exemple, les tickets de rationnement aux américains pauvres (cela marche toujours ce genre de truc). Bien sûr, l’état gère ça avec une banque privée, qui prend sa part du gâteau. Le gouvernement est démocrate; ça tombe bien, ce sont toujours eux qui votent des lois bidons dans  le domaine financier (style Clinton et les CDS). Vu que l’emprunt obligataire s’étalera sur plusieurs années, la loi a le temps d’être votée et appliquée avant la fin du délai. Comme ça, tu niques Cook. Mais c’est vraiment parce que je me suis mis à penser comme un protestant.

Billet du 21 mai 2013

Prévision, qui se réalise. L’état US n’a pas apprécié ce manque à gagner et Captain Cook est obligé de passer à la barre devant une sous commission du congrès pour expliquer la manip’ de pas payer des taxes aux USA. C’est légal, mais c’est trop poussé; voilà, une réaction de protestant. Lors de la rencontre, on a droit à plein de nouveaux mots compliqués, transfer Princing, fostering agreement, Ireland et Irlande( lien ). Cela change de gorgeous, best et cool. Réponse de Tim Cook à la commission: le code Fiscal Us est trop plouc pour l’économie numérique et puis, Apple veut pas payer des taxes à 2 chiffres… Cela a le mérite d’être clair, d’autant plus qu’on apprend que « 30 des plus grosses multinationales américaines n’ont payé aucun impôt sur les sociétés en trois ans ». Vive l’Irlande, qui nous touche rien non plus, vu que ses banques sont en dépôt de bilan ( lien )! Pendant ce temps là, l’action d’Appple fait du yoyo entre 400 et 450$. Payera ou payera pas un surplus de taxe, le petit Cook ? Je suivrai avec assiduité, chers lecteurs, la grande aventure d’Apple et Dark Tim Cook face la White Us Sous Commission. Dingue, j’ai casé,pour la première fois, aucun lien de Zero hedge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.