Une mi journée avec Midjourney 2/2

Dans cette seconde partie, on teste réellement Midjourney.

On a tapé nos mots clefs assez simplistes : Forest, Winter (en anglais, bien sûr ). J’ai choisi ce thème car j’avais déjà travaillé dessus en produisant énormément d’images avec un rendu rapide et facile. En voilà quatre au format carré justement ( j’en avais fait plus de cinquante ).

Donc c’était intéressant de comparer ce que j’ai réalisé avec mon style et ce que MidJourney génère.

L’IA m’a proposé 4 images basiques avec mes mots-clefs. Et c’est moi avec le choix des variations, qui fait progresser le rendu ( je clique sur les 4 boutons V ). C’est aussi simple que cela. Je vous passe les premières images pourries pour commencer à avoir des choses déjà très intéressantes. On a un bon effet pictural avec la lumière et le sombres. C’est la grande force de MidJourney. Même si côté diversité de composition, c’est assez limité avec toujours une vue frontale, avec un équilibre entre le ciel et la terre et surtout le choix d’un début de forêt avec des chemins. Je n’ai pas demandé de chemin.

Je vous ai fait un tableau de toutes les variations plus abouties que l’IA a proposées.Timidement, il progresse dans le changement de couleur.

La composition reste simple, sympa, et enfin, le rendu devient un peu plus « serious » ( voir notre partie 1 avec les roches ). Ce qui fonctionne bien, ce sont les cieux avec les nuages et la lumières avec les ombres. Par contre, côté composition, c’est toujours un peu pareil. Il est vrai qu’on a rien indiqué de précis ( par exemple : un arbre rompu à gauche, une clairière au centre ou beaucoup de pierre ).

Au lieu d ‘une atmosphère bleutée, j’ai choisi l’image dorée. La seule. Je vous passe les variations, et le résultat finale est ci-dessous. On croirait vraiment à une peinture réaliste fin XIXeme, début XXieme. On remarque les effets d’arbres répétés, en haut à droite, digne d’un tampon Photoshop ( à effacer plus tard ). On retrouve vraiment le « style MidJourney », qui devient, au bout d’un moment, très reconnaissable. On note des tâches bizarres ( points noirs, référence certainement à des tableaux avec des oiseaux ). On comprend que l’aspect pictural/ coup de pinceau sert à noyer le poisson et à créer le liant entre chaque élément inséré sans que cela fasse disparate. On obtient un maillage de samples d’image de tableau. La couleur sert aussi de transition entre les masses reconnaissables mais en gardant une logique ( terre en bas, ciel en haut ) et surtout on a une utilisation intéressante et efficace du death of field de la 3D. Les éléments en avant plan sont plus sombres et contrastés avec de grosses masses et les éléments plus en profondeur deviennent squelettiques, plus étouffés et les couleurs plus neutres se rapprochent du gris moyen.

J’ai procédé à des retouches et ajouté des éléments ( maisons, oiseaux, montagnes, lune ) avec le même style et en m’alignant sur les lignes de forces ( le zigzag « ombre d’avant plan, sapins » et les verticales du centre « sapin, buisson ). J’ai aussi effacé d’autres éléments.

En gros plan… J’aurai pu étouffer un peu plus l’avant de la maison. Mais j’ai fait un test : la maison est retouchée en 2 parties ( 1 claire à gauche, 1 sous brume à droite ). La logique aurait voulu que tout soit dans la brume. On a quand même une image qui reste assez disparate.

J’ai fait un test avec : wolf_in_the_forest_with_half_moon_with_grass_and_storm. Variations et choix final. On retrouve toujours ce côté moucheté, très préraphaélite. La grande force, ici, c’est que le résultat flirte autant avec l’illustration qu’avec la poésie. C’est une des grandes caractéristiques de Midjourney. Il arrive à basculer ses références, non plus vers du concept art, mais vers de l’art illustratif, avec une composition naïve. Selon les mots et l’association, il oriente le rendu en étant moins réaliste. C’est vraiment bien.

Au final, Midjourney est une formidable base travail. Il produit vraiment des rendus très efficaces, mais on s’aperçoit que c’est toujours un peu la même chose lorsqu’il y a peu d’indication de couleur. Il faut beaucoup de variations pour arriver à un super résultat. Le très gros point positif, c’est de pouvoir reprendre des parties de ses images pour vos propres compositions.

J’ai repris une partie de cette image ( au dessus – la mer avec la brume verte ) pour réaliser celle du dessous.

Autre point positif : c’est le fait de regarder ce que font les autres. C’est vraiment un plaisir de découvrir les images évoluer. Autre point négatif : maintenant beaucoup plus de gens testent Midjourney et par conséquent vous avez un peu n’importe quoi sur les fils. Comme ci-dessous. Si avant, on pouvait admirer beaucoup de travaux intéressants en peu de temps pour passer une bonne soirée, maintenant, c’est plus difficile. C’est assez saturé par du n’importe quoi. En bas, à droite, c’est « Trump banni par Twitter ». C’est dire le niveau de la requête avec des résultats plus que surprenants.

Pour conclure, Midjourney est à tester. Mais on comprend vite que c’est au bout d’un très grand nombre de variations qu’on obtient des résultats très convaincants. Et donc en résumé, l’abonnement semble bien nécessaire pour pourvoir profiter pleinement et à fond de l’IA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.