Historique du Gamin Friendly

lepetitprince_initiative

Pour ceux qui ont lu la page sur Painter Essentials 4, Vince fait référence à ce type d’interface graphique qui commence à gangréner les softs d’infographie, un type d’interface que Vince a baptisé  : le Gamin Friendly Graphic Interface. En français, cela donne l’interface graphique Gamin Friendly.

Cette interface se destine aux enfants, aux neuneus et aux profanes; il se pare de visuels très enfantins et cherche à simplifier les fonctions. On comprend que les créateurs essayent d’offrir une interface ludique mais ça tombe, en général, à plat; cela fait passer le soft pour une truc simplet, voire pour handicapé mental et surtout cela tombe dans une impasse quand certaines fonctions demandent un peu plus de complexité.

Il est clair que certains logiciels dans le soft pour enfant (Doozla) et le soft épuré (Scribbles) s’en tirent excellemment, mais la majorité suit le concept du Gamin Friendly en ce qui concerne les softs de croquis (Sketch blabla) et les softs 1er prix.

Voici les 4 paramètres Vincenwoonesques du Gamin Friendly (repris ce CPE4) …

L’Interface graphique Gamin Friendly (IGGF ) se caractérise :

  1. par des icônes grossiers et mal dessinés (ça, les gamins vont comprendre!)
  2. par des gros boutons (là, il va pas cliquer à côté, le gamin! C’est sûr.)
  3. par une ablation des menus déroulants et des options (hou là là, c’est trop compliqué tout ça pour un gamin! On vire!)
  4. par des gros soucis d’ergonomie (Bon, on met ça là! Parce que je sais pas où le mettre parce qu’à force de tout simplifer… Puis de toute façon, les gamins, ça va les amuser de chercher.)

L’un des premiers à avoir fait ça, c’était Rita. D’ailleurs à l’époque Vince s’ en moquait déjà en écrivant que c’était le développeur qui avait dessiné lui-même les icônes. Ce qui devait être sûrement vrai, car Rita était à l’initiative d’une seule personne. Symbole des icônes mal foutues : la main.

Visuel de la barre à outils de Rita :

rita1

On rappelle que Rita était un soft gratos qu’on a beaucoup apprécié à W&mP. On avait même eu une petite correspondance avec son auteur suédois.

Dans le soft déjà pro, on trouvait aussi Toon Boom Studio avec ses icônes mega mauvais dans la barre d’outils, dignes de mauvais croquis. Là, déjà, on tombait bas. Mais l’appli étant un soft d’animation, c’était « logique » pour les créateurs qu’il se pare d’icônes dignes d’un dessin animé. Le reste, pourtant, ont toujours affiché une interface classique.

Visuel de la barre à outils (à gauche) de Toon Boom Studio :

toonboom

Le virage commence astucieusement avec Manga Studio 4 qui permet 2 interfaces : la classique pour les sérieux et la Gamin Friendly pour neuneus (Beginner’s assistants). Et déjà l’interface Gamin Friendly se heurte à un gros problème : ça squizze ce qui est le plus important pour avoir un bon tracé. À noter que Vince sortait déjà le mot « Gamin » (extrait : On a droit pour cela à des palettes du type “Simplet, le nain va à la plage avec son sceau et son râteau »). Le Gamin Friendly est présent partout : icônes et contenus. On tombe dans une simplification qui commence à faire peur. Le plus drôle dans l’histoire, c’est que le soft n’avait que 2 langues à sa sortie : anglais et japonais. Donc ça a du servir beaucoup de faire une interface simplifiée pour des enfants non anglophones…

Visuel de l’interface Gamin de Manga Studio 4:

mangastudio49

On arrive donc à Corel qui avec Painter Sketch Pad, puis avec Painter Essentials 4, offrent les lettres de noblesses au Gamin Friendly. Là, on tombe sur du n’importe quoi, mais si les softs sont sympas dans leur contenu.

Visuel de l’interface Painter Sketch Pad (notez l’icône de la main) et son disque d’outils. Déjà, ça craint… :

csketch4

Visuel de l’interface Painter Essentials 4, master du Gamin friendly total (je vous renvoie à la page entière de CPE4) :

painter_essentials411

Pour conclure, on peut se poser la question jusqu’où va aller le Gamin Friendly… Painter 12 en Gamin Friendly chez Corel?

Également, il faut parler de softs qui font le chemin inverse. Flash est l’exemple parfait. Au départ les icônes étaient pourav. Maintenant, c’est le contraire avec Cs5.

Flash avant (icône du pinceau qui change à chaque version) :

trait

Flash après :

flash-cs5

Comme vous pouvez le voir, Adobe fait de l’anti Gamin Friendly… Pathétique… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.